Retraites : 62 ans d'ici 2018

Publié le par 1ère circonscription UMP de la Moselle

Eric Woerth a proposé de repousser l'âge légal de 2 ans, de façon progressive, dans le cadre d'une réforme responsable, raisonnable et juste

 

« Sauver notre système de retraite est un impératif. C’est, pour notre génération, une véritable obligation morale »

Ministre du Travail, Eric Woerth a présenté ce mercredi 16 juin les propositions du gouvernement pour la réforme des retraites. Une réforme construite « avec deux exigences : être responsable et être juste ». L'objectif étant d'atteindre un « déficit 0 dès 2018 ».

Etre responsable, souligne Eric Woerth, c’est de dire aux Français que « travailler plus longtemps est inéluctable ». Etre juste « c’est ne pas reporter l’effort sur les jeunes, mais le partager entre tous les actifs ».

La réforme sera débattue le 6 septembre à l’Assemblée nationale. Mais « le débat ne s’arrête pas maintenant. Ma porte est grande ouverte » fait savoir Eric Woerth à l’adresse des partenaires sociaux avec qui il va entamer des nouvelle négociations sur la base de ces propositions :

 

L’âge légal de départ est porté à 62 ans en 2018 (contre 60 ans aujourd’hui) à compter de la génération 1956. Les générations de 1951 à 1955, devront travailler 4 mois de plus par an. Economie estimée : 19 milliards en 2018.

 

Dans la fonction publique toutes les bornes d’âge de départ à la retraite bougeront de 2 ans.

 

La règle de la durée de cotisation en fonction de l’évolution de l’espérance de vie continue à s’appliquer (41 ans et 1 trimestre en 2013, 41,5 ans en 2020).

 

La retraite à 60 ans est maintenue pour ceux qui sont usés par le travail (58 ans pour ceux qui ont commencé à 14 ou 15 ans).

 

Les assurés dont l’état de santé est dégradé à la suite d’expositions à des facteurs de pénibilité garderont la retraite à 60 ans avec une retraite à taux plein quel que soit leur nombre de trimestres. Il s’agit d’un droit nouveau .

 

Aide à l’embauche (zéro charge) pour l’embauche de seniors au chômage.

 

Participation à la solidarité des hauts revenus, revenus du capital et des entreprises (3,7 milliards attendus en 2011, 4,4 milliards en 2018).

 

Rapprochement des règles entre privé et public : taux de cotisation des fonctionnaires aligné sur le privé sur une période de 10 ans (7,85% à 10,55%) ; fin du dispositif de départ anticipé sans condition d’âge pour les parents de 3 enfants et ayant 15 ans de service…

 

Pour les mamans, l’indemnité journalière perçue pendant le congé maternité entre dans le salaire de référence.

 

Les jeunes en situation précaire bénéficieront de trimestres validés supplémentaires lorsqu’ils sont au chômage (4 à 6).

 

Octroi d’un minimum vieillesse pour les agriculteurs (709 euros pour un célibataire).

 

Point individuel retraite à 45 ans.

 

Cette réforme « va permettre de restaurer dans la durée la confiance des Français dans le système de retraite. Et l’élément déterminant c’est bien évidemment de revenir à l’équilibre dès 2018 », précise Eric Woerth. Les seules mesures d’âge permettront d’ailleurs de réduire de près de 50% le déficit en 2018.

Publié dans ACTUALITES

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article